PSG vs TFC le résumé
20 février 2017
Un œil sur les ex du TFC #15
22 février 2017

Alors que se profile à l’horizon le match le plus important de l’histoire du TFC (par définition, le prochain), intéressons-nous au « portrait chinois » du premier viking barbu, tatoué et assyrien à avoir porté le maillot violet-blanc : Jimmy Durmaz.

S’il était un coach : Pascal Dupraz. Parce qu’il n’y aurait pas tant de lettres que ça à changer, et ça, pour faciliter la vie des fonctionnaires de l’état civil ça compte. Et puis parce que niveau grinta et pilosité faciale, les deux se posent là.

S’il était un outil : Jimmy Durmaz ne serait pas une scie. Parce que l’Assyrien.

S’il était une mèche : il serait rebelle.

 

S’il était un pied : il serait adroit du gauche.

S’il était un numéro : il serait un numéro de soliste, de funambule, à l’image de ses exploits à la Beaujoire.

S’il était une citation en latin : il serait « Durmaz lex, sed lex« . Autrement dit : « si Durmaz vient faire la loi dans ton couloir droit, croise les doigts« .

S’il était une chanson : nous ne sommes pas fin connaisseurs de la musique suédoise par contre en variété française bien moisie on s’y connait, du coup on a opté pour Big Bisou.

 

S’il était un métier : il serait crocheteur. Sauf que lui ne crochète pas les serrures mais les reins. Ceci dit le résultat est souvent le même, ça fait sauter les verrous.

S’il était un autre Jimmy : il serait Jimmy Brillant.

S’il était une construction : il serait le viaduc de Millau, parce que, petits ou grands, il enchaîne les ponts et parce que parfois il joue bas mais souvent mi-haut.

S’il était un petit navire…

 

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This