Pourquoi le TFC ? Paroles de supp’
8 avril 2017
TFC vs OM. Qui es-tu Marseille ?
8 avril 2017

Génial feu-follet et dribbleur fou pour les uns, coffre à ballons et intermittent du spectacle pour les autres, Fodé Mansaré a longtemps fait partie des meubles au TFC. Débarqué du Montpellier Hérault Sport Club, que le Tef a battu chez lui le week-end dernier, un certain jour de juin 2005, notre « Messi guinéen » aura passé en tout et pour tout six saisons sur l’île du Ramier. Six ans de bons et moins bons services, entre éclats et tracas, entre beau et bobos, à l’image de l’issue de ses dribbles chaloupés : montagnes russes de sensations pour tous les supporters toulousains. Pour moi, « Fodé », 35 ans aujourd’hui, est resté cet infatigable dribbleur, imprévisible et inconstant peut-être, mais généreux et enthousiasmant. Il ne sera peut-être pas présent au Stadium demain, mais ce n’est pas une raison pour ne pas le célébrer. Et encore moins pour l’oublier !

Le premier souvenir que j’ai de Fodé Mansaré est celui d’un excellent ailier gauche, évoluant au tout début des années 2000 dans un club de la banlieue toulousaine. Maillot bleu foncé et orange fluo, barré d’un immonde « TEDDY SMITH », Montpellier tenait avec lui – je me disais – un sacré bon joueur. Dribbleur fantasque à l’amusante et improbable tignasse de dreadlocks jaunes, le Guinéen affolait les défenses de Ligue 1, et j’aurais aimé le voir évoluer sous nos couleurs, alors sur le point de remonter elles aussi en première division. Non pas que les N’Doye, Giresse, Taïder ou autres Avezac me paraissaient limités – au contraire -, mais je sentais, d’une manière inexplicable, l’avenir de Mansaré se conjuguer avec le nôtre.

Un autre temps, d’autres maillots.

Il aura fallu quatre saisons pleines, dont la dernière en L2, pour que mes vœux soient exaucés. 128 matches et 15 buts plus tard, précisément, Fodé Mansaré est devenu toulousain. Un contrat de 4 ans dans les valises, l’international guinéen prend rapidement une place de titulaire dans le dispositif d’Erick Mombaerts, puis dans celui d’Elie Baup, intronisé entraîneur des Violets à partir de 2006-2007. C’est lors de cette saison magique, que le TFC terminera à la 3e place, que notre super-héros aux cheveux jaunes entrera un peu plus dans la légende toulousaine. Le 28 avril 2007, jour d’un TFC-PSG d’anthologie, plus précisément.

Il ne faut pas plus de 8 minutes au génialement imprévisible guinéen pour faire basculer la rencontre. Sous le soleil et la chaleur printanière toulousains, Fodé s’en va défier sans coup férir mais avec des coups de reins dont lui seul a le secret, une défense parisienne composée de Sammy Traoré, Mulumbu, Rozehnal et autres Mario Yepes. En lutte pour le maintien, le PSG n’a en effet rien à voir avec le club dirigé par les Qataris de ces dernières années. L’exploit de Mansaré n’a pourtant rien d’anodin. En l’espace de quelques secondes et autant de passements de jambes et accélérations bien sentis, l’ailier gauche du TFC efface un, puis deux, puis trois, puis quatre, puis enfin cinq Parisiens !

« Fodé Mansaré, un petit Messi », s’emportera Guy Roux

Abasourdie, la foule toulousaine massée dans les travées du Stadium retient son souffle au moment où, en bout de course, Mansaré arme et déclenche une frappe enroulée du droit. Et c’est le but ! Landreau est aux fraises, et le public, uni comme un seul fan, exulte à la gloire du chevelu Guinéen ! Sur les ondes télévisuelles, les commentateurs de Canal Plus ont eux aussi du mal à retenir leurs superlatifs. Pour le journaliste, on tient là un « exploit énormissime, but de l’année… », tandis que, de son côté, Guy Roux se permet de pousser le bouchon de sa Cristaline un peu plus loin. Le mythique coach de l’AJA assène sereinement : « C’est Messi ! C’est un petit Messi, un petit Maradona ! »

A la vue des images de ce splendide but (voir plus bas), difficile de donner tort à Guy Roux. Quand on regarde la suite de la carrière de l’international guinéen (48 matchs, 7 buts), on peut pourtant émettre quelques réserves. Et ce n’est pas apporter de l’eau au moulin de ceux qui critiquent l’inconstance de Mansaré que de rappeler qu’il n’a pas toujours été le formidable et décisif dribbleur de ce 28 avril 2007. Après ce coup d’éclat, Fodé a progressivement disparu des radars toulousains. En cause ? Le départ de Baup et l’arrivée de Casanova et de son nouveau système, mais aussi l’explosion à son poste d’un certain Franck Tabanou – au profil plus défensif -, et, enfin, de (trop) nombreuses blessures.

C’est d’ailleurs sur une terrible rupture du ligament antérieur du genou que le relation d’amour entre le joueur et le TFC a pris fin, après 154 matchs et 11 buts en Ligue 1. A quelques semaines de la fin de son contrat, le sort s’est montré cruel, tout comme le président Sadran qui n’a pas souhaité prolonger son contrat – mais qui aura quand même mis à disposition du joueur blessé le kiné et les infrastructures d’entraînement du club. C’est ainsi qu’après une parenthèse surprenante de quelques mois en troisième division espagnole, d’août 2013 à janvier 2014, Fodé Mansaré demeure encore aujourd’hui un « ancien joueur du MHSC et du TFC ». Mais, n’en déplaise à tous ceux qui ont la mémoire courte ou la vision trop étroite, Fodé restera également un sourire, un fantastique défenseur du jeu offensif, tout en allant et en dribbles flamboyant, porte-parole d’un football « total » si souvent absent au Stadium. Dans cet « intermittent du spectacle » il y avait beaucoup de spectacle.

Légende parmi les légendes.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This