TFC vs SRFC. Ce qui nous attend
26 août 2017
Mercato du TFC : Pascal l’animal
31 août 2017

« Alors, t’as fait quoi c’week-end ? »

Nous avons tous un point commun, c’est la mine grise affichée le Lundi matin au boulot lors de la prise du 1er café d’une longue semaine. Et nous avons aussi tous ce même collègue, enjoué, venant te déconcentrer en plein mâchouillage de touillette avec cette question immuable : « Alors, t’as fait quoi c’week-end ? « .

C’est au milieu des commentaires sur le taux d’ensoleillement des 2 jours passés, du dernier inconnu éliminé de DALS ou de la lourdeur du rôti dominical, que le quotidien d’un supporter du Tèf diffère un peu. Voilà maintenant plusieurs années que j’ai hebdomadairement droit à mes habituels « Alors, contre qui vous avez perdu c’week-end ? », « Parait qu’le TéféCé s’est encore ridiculisé » ou plus récemment « T’es quand même allé au match ! Vous en avez pas marre de prendre des branlées ? » en remplacement de la sainte ritournelle.

Il faut faire preuve d’un aplomb certain pour répondre systématiquement « J’sais pas : je n’vais pas au stade pour voir du foot mais pour supporter le club de ma ville. Si j’veux mater un match y’a BeIN ». Parce que pour nous c’est ça supporter. Amener son support en supportant victoires, défaites et échecs. Parce que, dans 15 ans, les joueurs, entraineurs ou même dirigeants ne seront plus les mêmes. Ce qui sera encore là, ce sont les couleurs du club et les gens qui les portent quoi qu’il arrive.

Alors, même si on s’croise Lundi prochain ou dans une décennie, vous saurez déjà c’que j’ai fait c’week-end !

Les véritables connaisseurs de la Ligue 1 ne s’y trompent pas : lorsque le Toulouse FC « monte à la capitale » un dimanche soir, de surcroit pour la première dans son nouveau chez-lui du célèbre capitaine de la Seleção, l’heureux diffuseur de la rencontre bat des records d’audience pour une chaine à péage.

Par contre, quand il s’agit de recevoir un club breton lambda dans l’anonymat d’un samedi 20 heures, agrémenté de sa piètre opposition entre deux des clubs les moins titrés de l’élite, les mêmes connaisseurs passent intelligemment leur tour plutôt que d’aller remplir les travées du Stadium municipal.

                A 20h17 (heure officielle du coup d’envoi de la rencontre chez certains supporters), le taux de remplissage fleurtait péniblement avec les 30 %.

Le niveau footballistique des deux équipes fleurte lui avec le néant… Et donc ?

Seul le virage Brice Taton a fait le plein en cette chaude nuit d’été… Parfait !

Que faut-il de plus pour passer une bonne soirée ? Le kop prouva une fois de plus l’importance du support dans le football moderne. Avec un scénario plutôt favorable et une foule très encline à accompagner les chants, ne serait-ce que pas leurs applaudissements, une partie du stade se transforma tout doucement en un véritable brasier. Il donna ainsi des ailes à l’attaque et cette envie dévorante de victoire, symbole d’un territoire et d’une maison protégée.

Coach Dupraz ne fut pas le seul à ressentir un orgasme épidermique quand le grand Issa catapulta la balle au fond des filets jouxtant des Indians bouillonnants. Aussi quand quelques minutes plus tard les khrénés égalisèrent, il n’y eu aucune défection de confiance, comme si les chants appuyés n’avaient que pour conséquence des buts toulousains.

Au passage, petit clin d’œil à mon gars Ali, dépositaire officiel du #TFCSRFC 2-2… Mais ce score, nul mais flatteur, ne rassasiaient plus ni les joueurs violets, ni leurs fans. L’intensité fut telle porte 7 qu’au coup de sifflet final nous n’entendirent même pas le speaker et les trois coups témoignant de la fin de la rencontre, prolongeant ainsi le plaisir et la joie intense d’un dernier chant.

                Lorsque l’équipe acheva son tour d’honneur pour une célébration méritée, on pouvait lire une fierté réciproque dans les regards échangés entre joueurs et supporters. La fierté d’avoir arraché la victoire pour les uns, la fierté de les y avoir poussé pour les autres. Et le sentiment du travail accomplit.

Je vous le disais déjà il y a quinze jours : « Il faudra encore compter sur le TFC une saison de plus en ligue 1, et surtout compter sur SON PUBLIC ! »

MNC
MNC
Rappeur 31 Toulouse - Supporter Virage Est BFS - @CapitoleFC - #ForzaTFC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This