Pourquoi le TFC ? Paroles de supp’
9 septembre 2017
L’horoscope de septembre du TFC [SPÉCIAL RECRUES]
12 septembre 2017

ESTAC vs TFC. Ce qui nous attend

On le sait, le Tef et les promus, cela n’a jamais vraiment été une histoire d’amour. Comme si t’arrivait à choper Scarlett Johansson et que tu bégayais devant Susan Boyle. L’année dernière, les anciens pensionnaires de Ligue 2 (Nancy, Dijon, Metz) ont mené la vie dure aux violets qui n’ont jamais réussi à s’imposer face à eux. Ce soir, c’est l’équipe « ascenseur » type, qui n’a battu le TFC qu’une seule fois dans son ère moderne, qui se présente. Soir de premières. On vous explique pourquoi.

 

Première face aux promus

Si les toulousains avaient tremblé face aux promus, c’est sûrement qu’ils avaient déjà pris les points en dominant les têtes de liste. On le répètera sûrement jamais assez, et on ne le répètera sûrement jamais tout court : Paris et Monaco avaient chutés au Stadium lors de la rentrée 2016. Cette année, le problème semble résolu : monégasques et parisiens, bien qu’ayant tout de même encaissés 2 buts chacun, se sont imposés plus ou moins facilement face à nos hauts-garonnais. La malédiction « promue » semble donc s’être envolée. Et les toulousains ont peut-être refilés leur malaise à leurs voisins du soir ! En effet, les troyens ne se sont imposés qu’une fois cette saison, ce fût à Nice, 3ème du dernier exercice… Reste à savoir si les aubois auront la même facilité face à une équipe du ventre mou…

Première à l’extérieur

En revanche, pas de changements concernant les déplacements toulousains. On savait les coéquipiers d’Andy Delort à l’aise sur l’île du Ramier et en difficulté loin de leurs bases, force est de constater que la donne n’a pas changé cette saison. Le constat est sans appel : 4 matchs, 2 victoires à domicile, 2 défaites à l’extérieur. Mais difficile de ne pas relativiser, les violets se sont déplacés au Parc des Princes et à Louis II. Le pire est derrière eux, de quoi vivre dès ce soir des heures un peu plus réjouissantes. D’autant plus que ce match pourrait réveiller de beau souvenir à la plupart des 11 guerriers qui défendront la cité des violettes ce soir. Au cours de la dernière confrontation en décembre 2015, Alban Lafont et Issa Diop y jouait leur deuxième match, le premier à l’extérieur. L’un avait repoussé 7 tentatives spectaculaires, l’autre y avait inscrit son premier but. Jean-Daniel Akpa-Akpro et Aleksandar Pesic s’étaient rajoutés à la fête pour inscrire les deuxièmes et troisièmes buts. Un peu plus et Pavel Fort y ajoutait aussi de sa patte. Une confrontation également particulière pour Corentin Jean, qui portait à l’époque le maillot adverse. Et sans pour autant marquer des buts, il avait tout de même réussi à déclencher l’exclusion d’un certain Marcel Tisserand.

Première pour Imbula

Ainsi, si ce match ne sera pas particulièrement inédit pour la plupart des 22 acteurs, elle le sera pour un joueur qui sera particulièrement observé ce soir : Giannelli Imbula. L’homme aux 25 millions d’euros (rassurez-vous il est prêté), probablement salaire le plus élevé de l’histoire du Tef, aura à cœur de prouver à nouveau de quoi il est capable. Et premier défi : gagner contre Troyes. Car s’il a déjà eu l’occasion de battre Lyon, Monaco ou encore Bordeaux (ce sera important pour la semaine prochaine), il ne s’est pour l’instant jamais imposé face aux Champardennais. Et pour cause, il n’a jamais pu les affronter sous le maillot de l’OM. Les deux seules confrontations ont eu lieu face à l’EA Guingamp, soldées par deux matchs nuls. En revanche, Max Gradel et Yaya Sanogo, blessés, ne pourront lui venir en aide. En face, c’est le vieux briscard Benjamin Nivet qui manquera aux siens. Dommage, c’était le seul troyen dont on connaissait le nom.

Le TFC dans le droit chemin

Le TFC devra se montrer vigilent face à un collectif bien soudé, qui n’a que peu changé depuis le tour de barrage ayant permis aux troyens de faire leur retour en Ligue 1. Mais si la défense, qui peine en ce début de saison, reprend ses bonnes habitudes et ses automatismes, l’obstacle troyen devrait être aisément franchit.

Les 3 dernières confrontations :

2015 : ESTAC – TFC : 0 – 3

2012 : ESTAC – TFC : 0 – 2

2006 : ESTAC – TFC : 1 – 2

Le pronostic : ESTAC Troyes – Toulouse FC : 1 – 3

Les autres matchs de la 5ème journée :

Lille (13ème) – Bordeaux (5ème) : 0 – 0

Metz (20ème) – Paris SG (1er) : 1 – 5

Nice (17ème) – Monaco (2ème) :

Caen (8ème) – Dijon (16ème) :

Montpellier (15ème) – Nantes (12ème) :

Strasbourg (14ème) – Amiens (18ème) :

Troyes (11ème) – Toulouse (10ème) :

Saint-Etienne (3ème) – Angers (7ème) :

Lyon (4ème) – Guingamp (9ème) :

Marseille (6ème) – Rennes (19ème) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This