OM vs TFC La conf’ décryptée
24 septembre 2017
OM vs TFC Les Tops & Flops
26 septembre 2017

L’OM est dans le dur, la bête est blessée, a besoin de se rassurer et le TFC va tout faire pour qu’elle n’y arrive pas. Le Toulouse FC va se battre comme jamais pour (re)lancer sa saison, et, comme le précise Pascal Dupraz avant la rencontre, mettre fin à sa série de zéro victoire en tant que coach du côté de Marseille.

Alors, avant de rappeler à quel point on a été dégueulasse je voudrais relativiser un peu. J’ai pour habitude de rester mesuré d’essayer de rester mesuré pour ne sombrer ni dans le catastrophisme ni dans l’euphorie et il faut avouer qu’on n’est pas verni sur ce match. Rappelons que l’on encaisse un but hors-jeu et un du chibre, y’a plus chanceux comme situation…

Pour commencer, et avant de parler du TFC, je profite de l’espace d’expression qui m’ait offert pour faire passer un message à nos lecteurs marseillais : s’il vous plait les gars, allez trouver Gustavo pour lui parler de sa moustache hideuse là ! Non  mais sérieusement, c’est quoi ce truc là ?! La dernière fois que c’était à la mode c’était entre 1939 et 1945 en Allemagne.

Un style qui a fait Führer à une époque…

Pour parler de ce qui aurait du être un match de foot, j’ai, ce matin encore, le sentiment d’avoir perdu 1h30 de ma vie. Le vrai problème c’est que ça commence à faire beaucoup trop de fois que je perds 1h30 avec le TFC de Pascal Dupraz. Très franchement, si c’est pour bouffer de la merde pendant presque deux heures tous les week-end je préfère aller manger chez mes beaux-parents et que ce soit ma belle-mère qui l’ait préparée.

Plus sérieusement, on perd tous nos duels, on fait mauvais choix sur mauvais choix, on balance des grands ballons devant…Je peux affirmer avec certitude qu’au bord du Canal y’a des filles qui enchaînement plus de passes que nous.

On a accompli l’exploit de faire passer l’Olympique de Marseille pour un candidat au titre… Sans aucun doute, notre équipe hier soir aurait fait passer Jamel Debbouze pour un champion de baby-foot.

C’était tellement plat dans l’implication, dans l’animation, dans le plan de jeu…..Cette heure et demie de parodie de football était tellement vide qu’à la fin de la rencontre j’avais le sentiment d’avoir passé une semaine de vacances dans le cerveau de Zinédine Machach.

Je ne sais pas si on se rend compte du drame footballistique qu’on vient de vivre, on a quand même encaissé un but d’un fan de Jul !!!

Attention, QI négatif

Plus sérieusement, ça arrive de passer au travers sur un match et une défaite au Vélordome n’a rien de scandaleux en soit mais le contenu offert par nos violets mérite lui d’être comparé à une gastro carabinée. Au-delà des performances individuelles des joueurs c’est l’absence de collectif qui est alarmant. Aucun liant, une abnégation qui nous rappelle au bon souvenir de Kazim-Kazim et un plan de jeu qui se trouve sans doute au même endroit que la pauvre petite Maëlys : au fond d’un trou. C’est assez dingue de se dire qu’il y a peu on jouait le maintien avec des Grigorre ou autre Veskovac et qu’on fait aujourd’hui la même chose avec Jullien, Diop ou encore Delort. Il est évidemment trop tôt pour faire un bilan définitif de ce que nous propose l’équipe « dirigée » par Pascal Dupraz mais ce qui est sûr c’est que je n’arrive pas à entrevoir la direction dans laquelle il veut mener sa troupe.

Le coach a eu ce qu’il voulait, un 6 d’expérience, des joueurs de côté et même s’il s’agit de prêts (voir de paris) il est en mesure cette saison d’aligner des noms plutôt sexy sans qu’aucune progression ne se fasse sentir. S’il semble être trop tôt pour réclamer la tête du savoyard, quémander une remise en questions (individuelle mais aussi collective) n’apparaît pas exagéré. Le technicien a déclaré sa colère en conférence d’après (non)match en précisant que « du début à la fin ses joueurs avaient été mauvais« .

Ok, merci mais on l’avait vu ça et du coup si on a été mauvais dès le début on a fait quoi à la mi-temps pour y remédier ?

Je n’attends pas de réponse à cette question. Et si je ne n’attends pas c’est parce que j’ai vu qu’une solution avait été tentée. On s’est fait ouvrir le cul en première et comme on a vu que ça faisait mal ben on a écarté les fesses en seconde pour que ça passe mieux.

Bref, le match d’hier confirme les faiblesses entrevues à Troyes, fébrilité défensive, animation inexistante et, de facto, secteur offensif orphelin de toute solution.

C’est l’heure de bosser les fondamentaux…

Ceux qui sortent du lot : Lafont et Durmaz.

Ceux qui feraient bien de s’y jeter : les autres. (Imbula en tête sur le match d’hier)

Y’a la version Ohèmeuuuuh chez les toujours très bons académiciens d’Hors-Jeu en cliquant sur ce mot : SARDINE.

Forza Viola !

P.S : Courage à Bernard Tapie dans cette épreuve.

BiereGougnoux
BiereGougnoux
Apéro, Boobs, Football, gras et TFC, enquête exclusive vous plonge dans la vie de Bière-Gougnoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This