FCN vs TFC. Ce qui nous attend
4 novembre 2017
L’analyse tactique vol 2: Chronique de la plus belle purge de la saison #FCNTFC
6 novembre 2017

Le TFC était sur une série plutôt positive quant aux résultats et se déplaçait à La Beaujoire pour affronter un FCN qui, lui, semblait s’essouffler . Oui mais voilà, comme une série de deux défaites ne signifie pas forcément crise profonde, une série positive de résultats ne signifie pas non plus que tout va bien. Le Toulouse FC s’est fait ouvrir chez les canaris laissant crier ses lacunes. FCN vs TFC, le debrief.

Je ne sais pas ce qui m’emmerde le plus, la défaite du TFC ou d’avoir raté la cuisson de mes patates vendredi soir. Non parce qu’en fait, avoir perdu hier soir à Nantes n’a rien de plus logique.

Dans les duels on a été aussi efficace que Vincent Lambert, dans la percussion ça ressemblait à Jamel Debbouze s’essayant à la batterie et dans les émotions j’avais le sentiment d’être un lendemain de tajine à la harissa couplé d’une crise hémorroïdes.

Même la titularisation de Yaya Sanogo, au départ plutôt sexy a été une catastrophe. Le type a quand même réussi l’exploit de me filer l’envie d’acheter un maillot violet floqué au nom de Santander.

On était en retard sur absolument tout et tout le temps, au moins qu’on se rassure pour eux, les joueurs du Toulouse FC ont une reconversion toute tracée à la SNCF.

Quand tu rates tout à ce point tu ne peux pas t’attendre à mieux qu’une défaite, et encore je suis plutôt satisfait d’avoir sauvegarder un goal average pas si vomitif au final.

J’ai l’impression d’avoir assisté à une soirée bondage sauf que c’est nous qui avons fourni les fouets en cuir, les menottes et même le gravier pour la sodomie.

On passe pas par les côtés, on passe pas dans l’axe…On passe nul part en fait, un peu comme Loana depuis qu’elle a sa carte de fidélité au Mac Do. Et en plus de ça ça a duré quatre-vingt-treize minutes le sketch ! Du début à la fin on s’est fait marcher dessus, même Gregory Lemarchal ne s’est pas essoufflé aussi vite.

Je n’aime pas attribuer une défaite au coach parce qu’on ne lui attribue que trop peu souvent les victoires, les torts comme les réussites doivent être partagées. Cependant j’en veux beaucoup à Pascal Dupraz de ne pas réussir à tirer mieux de cet effectif. Le sentiment d’avoir Clara Morgane à dîner et de lui proposer comme seule activité une partie de tennis à Wii Sport.

On a balancé de l’oseille sur Delort, sur Jean et même les prêts de Gradel ou d’Imbula doivent coûter un bras en salaire. Après le mercato nous étions unanimes pour dire que ce dernier était plutôt sexy à quelques ajustements prêts et qu’il correspondait aux demandes du « technicien » savoyard, et comme les gosses à Noël on dirait qu’on joue plus avec les emballages qu’avec les jouets qui étaient dans le paquet.

On ne sait absolument pas à quoi se raccrocher comme espoir de voir une progression de ce groupe, quand les fondamentaux semblent aller mieux ils explosent en vol dès qu’il manque un joueur, attendre de joueurs qu’ils usent de leurs qualités individuelles n’est valable que si le bloc est compliqué à bouger et qu’il arrive à mettre ces individualités en avant. Là, on se retrouve avec une liste de noms qui errent sur le terrain sans savoir ce qu’ils doivent faire soit parce qu’on ne leur propose rien soit parce qu’on ne leur a pas dit quoi faire, avec ET sans ballon.

Certes l’argument qui dit que ce n’est pas le coach qui rate ses contrôles ou ses passes est recevable mais j’ai du mal à penser qu’Imbula, Gradel ou même le capitaine Diop décident de la façon dont l’équipe dans son entièreté doit jouer. La limite entre ne pas être sexy mais être efficace et proposer du spectacle au risque de se faire ouvrir est fine et sans doute compliqué à gérer mais elle définit une équipe et certains y arrivent ( à l’image d’un Ranieri ndlr).

Je sens ce TFC tellement fragile que même Michael Schumacher a plus d’espoir de remarcher que ces violets d’aujourd’hui. Mention spéciale à Blin qui malgré tout ça semble surnager un peu, m’enfin marquer et délivrer des passes dé c’est pas son job à la base.

Alors moi j’ai le sang violet et ça c’est pas prêt de changer, en revanche les objectifs du TFC, avec ce qu’il nous montre aujourd’hui, il va vite falloir les remettre en cause et penser à regarder derrière nous, parce qu’il ne faudrait pas que cette sodomie au gravier s’accompagne d’une de déplacements à Chateauroux. C’est pas toujours les trois points qui comptent.

Forza Viola

BiereGougnoux
BiereGougnoux
Apéro, Boobs, Football, gras et TFC, enquête exclusive vous plonge dans la vie de Bière-Gougnoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This