Un œil sur les ex du TFC S2 #4
14 novembre 2017
TFC vs FCM Le debrief
20 novembre 2017

La première partie de saison du TFC est-elle réussie ? Voilà une question bien intéressante : 12ème avec 15 points et en ayant déjà affronté 5 des 6 premiers du championnat, contre seulement 2 des 6 derniers. Ayant relativement toujours gagné (ou du moins pas perdu) contre les équipes de « son championnat », mais n’arrivant dans un même temps pratiquement jamais à bousculer ses confrères supérieurs. Le match de ce soir, et plus largement le mois qui suit, pourrait définitivement sceller le destin des toulousains cette saison.

 

Bis repatita ?

Si l’on suit une lecture simpliste du classement, les toulousains devraient l’emporter de 3 à 4 buts d’écart ce soir. Face à eux, Metz, la lanterne rouge, 1 victoire pour 11 revers, pire attaque du championnat et…bh pire défense aussi en fait. Autant le dire, si les violets ne ramènent pas 3 points de l’île du Ramier ce soir, on passera vraiment pour des victimes, encore plus que le gros rouquin qu’on a tous eu dans notre classe en 5ème B. Ce fût d’ailleurs le même raisonnement la saison dernière (ce n’est pas pour rien que c’est la 4ème fois d’affilée que Toulouse affronte Metz lors de la 13ème journée) : le Tef était 6ème, sortait de quelques matchs compliqués sans pour autant prendre l’eau. Le match était alors l’occasion de remonter la pente face au modeste 14ème de Ligue 1 et de titiller non seulement les places européennes, mais peut-être même celles de la Champions League. A défaut du rêve, ce fût un revers, à moins que Metz ne soit devenue une de ces équipes roumano-chypriotes arrivés en Europe par hasard repartant chez eux après 10 buts encaissés au bout du deuxième match de poule. Les hauts-garonnais s’inclinèrent 1-2 avec un but violet de l’honneur à la 92’. Résultat : dégringolade, hiver pourri, le beau début de saison où les hommes de Dupraz pointaient à la 2ème place appartenait déjà au passé. Ce soir, les deux équipes ont baissé d’un étage : Toulouse est 12ème, Metz, bon dernier. Mais les conclusions restent les mêmes : si les violets s’imposent ce soir, ils pourront provisoirement pointés à la 8ème place. Place qu’on pourrait déjà occuper si on avait su miner Saint-Etienne, qui depuis un mois est en train de se faire enfiler aux 4 coins de France. Mais bon, il n’est jamais trop tard…

La Metz est dite ?

Une défaite serait encore moins la bienvenue quand on connaît l’historique des Toulouse-Metz. Si l’accroc de l’an dernier ne rassure pas beaucoup les supporters violets, ils pourraient toujours se rassurer en observant que la dernière victoire messine hors celle de l’année dernière remonte déjà à avril 1998 (autant dire si je suis venu l’année dernière pour TFC-FCM, ce fût pour voir la première victoire messine à Toulouse de ma vie). A part ça, le Tef restait sur 8 matchs sans défaites dont 6 victoires, dont la dernière remonte à 2014 avec une superbe victoire 3-0 avec une réalisation de Pantxigoal et une autre de Pesic. C’est dire. Et à cette époque, les toulousains posaient leurs fesses sur la 14ème place quand leurs adversaires du soir occupaient la 8ème place… Tout est possible, d’un sens comme dans l’autre. Et quoi qu’il arrive, l’amitié violets / grenats perdurera la preuve en cliquant ici.

Frédéric Hantz : le Metzi ?

S’il n’y aura pas vraiment de changements sur le terrain, il y en a eu sur le banc côté messin. La défaite face à Dijon, 18ème, aura été celle de trop pour Philippe Hinschberger, limogé il y a 4 semaines. Depuis, les messins ont eu le temps de prendre 2 buts à Lyon et 3 à la maison face à Lille. Mais entre-temps, Frédéric Hantz est arrivé pour tenter de sauver ce qui reste des illusions messines. Et c’est toujours compliqué de jouer face à une équipe qui vient de changer d’entraîneur : tactique différente, arrivée d’un bon meneur d’hommes, volonté de se surpasser pour décrocher une place dans le 11 type, tous les arguments sont à prendre pour les grenats et leurs supporters. Néanmoins, s’il peut encore tenter de ressusciter le club lorrain, il ne pourra rien faire pour apaiser les blessures de ses joueurs. Et c’est là que le bât blesse : il faudra faire sans le défenseur luxembourgeois qui a pourtant été impeccablement contre l’équipe de France à Toulouse Chris Philipps, sans Ivan Balliu en défense ni Philipp Wollscheid passé par Leverkusen et Wolfsbourg, toujours pas avec Palmieri pas encore prêt ni avec l’ancien toulousain Emmanuel Rivière. De quoi laisser la place au jardinier du village…

Côté violet, c’est l’effet inverse : Jimmy Durmaz et Chris Jullien sont de retour. En revanche, il n’y aura évidemment pas de François Moubandjé ni Yannick Cahuzac, que la Ligue a décidé de toujours sanctionné même s’il a visiblement la même place à Toulouse qu’Hatem Ben Arfa au PSG.

Forza Viola !

On sait à quel point ces matchs sont difficiles à aborder, surtout quand on est le TFC et qu’on est motivé uniquement face au PSG ou Monaco. Mais ce soir, on ne voit pas d’autre issue que la victoire, que l’on espère avec au moins 2 buts d’écart. Service minimum.

PS : ayant été de la partie l’année dernière et ayant goûté à la mirabelle et à la chaleur des supporters messins (surtout à la mirabelle), je leur souhaite le meilleur et espère qu’ils arriveront à réaliser ce que certains avant eux dont je ne me souviens plus du nom ont déjà fait avec 10 points de retard…

Le pronostic : Toulouse FC – FC Metz : 2 – 0

Les autres matchs de la 13ème journée :

Lille (19ème) – Saint-Etienne (6ème) : 3 – 1

Amiens (17ème) – Monaco (2ème) :1 – 1

Paris SG (1er) – Nantes (6ème) :

Dijon (16ème) – Troyes (11ème) :

Guingamp (13ème) – Angers (14ème) :

Strasbourg (18ème) – Rennes (10ème) :

Toulouse (12ème) – Metz (20ème) :

Caen (7ème) – Nice (15ème) :

Lyon (3ème) – Montpellier (8ème) :

Bordeaux (9ème) – Marseille (4ème) : rien à branler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This