Pourquoi le TFC ? Paroles de supp’
28 avril 2018
TFC vs LOSC. Ce qui nous attend
6 mai 2018

Ce dimanche notre TFC reçoit un concurrent direct au maintien, le LOSC. Pas que l’affiche fasse rêver mais elle ressemble à une finale dans la course à une stabilité en Ligue 1 aussi fragile que périlleuse pour les deux clubs. Notre Toulouse FC en l’emportant respirerait un poil mieux que Gregory Lemarchal en plaçant son adversaire du jour à 5 points à 2 journées de la fin de la saison. Et il le faut.

Je lis ici et là qu’un tour en Ligue 2 nous ferait du bien pour repartir de zéro, pour mettre un coup de balai dans le club, pour repartir sur de bonnes bases ou encore parce que c’est usant de jouer le maintien tous les ans.

Alors oui c’est chiant de jouer le maintien trop souvent et j’aime à me rappeler comme on râlait sur notre capacité à toujours être dans le ventre mou il n’y a pas si longtemps. Mais finalement qu’est ce qu’on y était bien, au chaud sans risque de fracasser nos PEL pour refaire nos stocks de slips.

Alors oui il y a beaucoup de choses à revoir dans le club à commencer par une politique sportive qui donne l’impression aujourd’hui de marcher à vue et de n’avoir aucun objectif précis. Et j’aime à me rappeler cette période, pas si lointaine non plus, où la ligne directrice était de vendre un bon joueur par an en recrutant à l’envie des serbo-croato-yougoslaves et autres scandinaves inconnus qui au final nous qualifiaient en tour préliminaire de LDC.

Mais avouons que même s’il y a du boulot à faire, et je ne nie pas qu’il soit prioritaire, la Ligue 2 c’est aussi sexy que nos belles-mères en porte-jarretelle. Je n’ai aucune envie de voir un Jean-Armel Kana-Biyik bis se pointer en Bourgogne avec une casquette AUXERRE. Pas plus envie de flinguer des vendredis soirs pendant 15 ans alors qu’on sait très bien que dans 10 les participants à Koh Lanta auront droit à une arme de poing chacun pour éliminer leurs adversaires et tout ça en direct à la TV. Et au delà des desiderata de chacun, il y a des jobs en jeu, une descente c’est une énorme réduction de budget et les licenciements qui vont avec. Et je ne parle pas des joueurs qui, pour la plupart, oublieront aussi vite le TFC que Machach son cerveau. Puis on a du mal à remplir le Stadium contre Rennes, Bordeaux ou Sainté alors imaginez contre Chateauroux, notre écrin risque fort de sonner aussi creux que le crâne des chroniqueurs d’Hanouna.

A l’étage en dessous c’est pas avec des Soren Larsen, Pavel Fort ou autre Gunino qu’on risque de se retrouver mais avec leurs cousins au quatrième degré que nous auront refourgués des agents mafieux diplômés de la très prestigieuse Soccer Business School of Burkina Faso. Et ce cirque pourrait s’éterniser quand on voit que Lens, poussé par une famille très nombreuse de supporters et avec le budget d’un club moyen de Ligue 1 a autant de mal à remonter d’un cran que papi en a à monter mami sans son viagra.

Alors non je ne veux pas aller en Ligue 2.

Forza Viola

BiereGougnoux
BiereGougnoux
Apéro, Boobs, Football, gras et TFC, enquête exclusive vous plonge dans la vie de Bière-Gougnoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This