Ce qui nous attend (cette saison). OM vs TFC
10 août 2018
OM-TFC Les tops et flops
14 août 2018

La coupe du monde qui a vu la France gagner sa deuxième étoile a fait que cette intersaison a semblé moins longue. Ce premier match de Ligue 1 qui opposait notre TFC à l’OM du côté du Vélodrome semble lui nous promettre une saison interminable.

 

On a vu des bonnes choses.

Le Toulouse FC a montré pendant sa préparation qu’il allait encaisser des buts. Alors évidemment, vu que le Téf suscite, pour la France du football, moins d’intérêt qu’un feat Francky Vincent / Eve Angéli pour les mélomanes, il n’y a que les supporters des violets qui l’avaient vu. Et encore, uniquement ceux qui n’ont pas atteint leur dose de dépit ou de colère envers l’équipe ou sa direction. Hier, tout le monde a pu l’enregistrer : cet été la défense violette a coulé comme un bateau de migrants que personne ne voudrait accueillir.

L’envie de bien faire, caractérisée par un minimum de pressing, d’impact et d’application au marquage comme dans les transmissions n’aura duré qu’une petite quinzaine de minutes. Et, même s’il est vrai, qu’un penalty accordé par le VAR a pu perturber l’équipe comme un premier baiser où ta langue file tout droit vers les dents de ta conquête, il n’explique pas à lui seul le naufrage tant la domination marseillaise avait débuté avant ça.

Les stats à la 40e minute, soit avant le penalty. Les chiffres du TFC à droite s’il y a besoin de préciser.

En dehors d’un pourcentage de passes réussies plutôt en nette progression par rapport à l’an passé (on était aux alentours de 70%) pour le reste on dirait le bulletin de notes de Ribery.

Tactiquement on sent quelque chose, individuellement on pue la merde.

A la décharge de ce groupe toulousain le mercato a été plutôt agité et les automatismes sont encore à trouver alors que du côté marseillais le 11 de départ était olympien la saison passée.

On attend beaucoup du petit Manu Garcia mais, sevré de ballons, ça devient compliqué de s’exprimer pour un 10. La relation avec le duo Bostock/Sangaré est à bosser. Du coup hier il a fallut trouver des solutions alternatives, un peu comme quand ta femme est indisposée. Et les semblants de solutions sont venus des côtés. Gradel, même si on sent qu’il n’a pas fait des tonnes d’ateliers passes pendant l’été, a tenu son rang de leader et Dossevi a montré qu’il sera précieux dans les débordements et centres.

Derrière le naufrage était flagrant. Si Sangaré a fait le boulot, c’est un 8 et dès qu’il se projetait on était aussi démuni à la récupération que Machach l’est en neurones. Concernant la ligne défensive……MON DIEU LA LIGNE DÉFENSIVE ! Même au Puissance 4 on aurait perdu tellement ils n’étaient pas alignés. Un latéral positionné dans l’axe qui est sorti de son match, des latéraux qui, hier soir, se seraient fait bouger par une bouée flamand rose et un instagrameur, voilà ce qui constituait notre ligne de 4.

Les notes.

Reynet : 5/10 On ne peut pas vraiment lui jeter la pierre sur les buts, auteurs de deux belles parades, il prend des risques à repousser plutôt qu’arrêter. C’est ce qui offre le deuxième but à Payet, même si sur ce coup en particulier il avait moins de choix.

Moubandje : 3/10 Débordé à chaque accélération des sardines il n’a rien apporté offensivement. Peu aidé par Gradel qui, même quand le suisse tentait un dédoublement, avait du mal à lâcher sa gonfle. Aurait pu perdre un demi point pour les frites sur sa tête mais les frites c’est bon.

Michelin : 3,5/10 Encore trop jeune. Muscle ton jeu Robert sinon tu vas au devant de grosses déconvenues. Plus d’envie que les autres mais limité. En tout cas sur ce match.

Amian : 3/10 Il n’était pas à son poste mais nous avait montré qu’il savait pourtant le faire. Trop peu de lignes coupées, trop peu de relances propres, trop peu d’interventions réussies. Trop peu de défense. Bizarrement quand il avait un patron à côté de lui c’était mieux.

Jullien : 2/10 Nul. Il voulait partir et ça se voit. Sauf qu’en ayant perdu Diop il avait (a?) une chance de devenir le boss de cette défense. Il a chié la première marche et s’est ramassé le menton par terre. Il doit dégonfler et se remettre au foot, on sait qu’il peut être bon. Mais comme c’est un mec, ben pas à deux trucs en même temps. Du coup je lui conseille d’acheter un Nokia 3310, il ne pourra plus instagramer et ne lui restera qu’à se concentrer sur le ballon.

Bostock : 4/10 Le gars a du ballon, ça se voit mais ça manque d’application et d’implication. Les choix semblaient bons mais mal réalisés. Quand il trouvera Manu Garcia dans l’axe plutôt que systématiquement jouer sur les côtés ça peut être dangereux. Et bordel, monte sur les joueurs adverses quand ils sont à 30m.

Sangaré : 5/10 Un des rares à surnager dans ce match. Assez efficace à la récupération quand il jouait bas et avac un impact quand il se projetait. Un peu plus de précision et un peu plus de vitesse pour lever la tête et ça devrait le faire.

Garcia : 3/10 Pas à la hauteur de ce qu’on peut espérer mais surtout parce qu’il n’a touché que peu de ballons. Bien pris par le milieu de l’OM et mal (pas) servi par les deux milieux qu’il avait en soutien. On va attendre.

Dossevi : 5/10 Offensivement il devrait faire du bien dès qu’un avant centre sera dans la surface. Il percute, il déborde et il est propre. Défensivement, Michelin aurait eu besoin d’un coup de main supplémentaire.

Gradel : 5,5/10 Du Gradel dans le texte. Il est celui qui peut enflammer le match mais il conserve tellement qu’il y a forcément du déchet. Le brassard ne lui va pas trop mal, il ne lui reste plus qu’à se souvenir que le foot est un sport collectif.

Iseka : 2,5/10 Iseki ? On ne l’a pas vu. Il va vite, il est puissant mais le jeu sans aucune verticalité ne lui convient pas puisque ce n’est pas un joueur de surface. Quand notre colonne saura se trouver ça peut devenir intéressant, pour l’instant c’est juste efficace en match de prépa.

Les entrants : Ils sont rentrés.

La semaine prochaine c’est Bordeaux et il y a déjà urgence à se rattraper.

Forza Viola.

BiereGougnoux
BiereGougnoux
Apéro, Boobs, Football, gras et TFC, enquête exclusive vous plonge dans la vie de Bière-Gougnoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This